SOS-Nature

Abus de tarification (février 1999)


Lieu, date 

 

Espaces 

911, Jean-Talon Est 

suite 205 

Montréal, Qc 

H2R 1V5 

 

Objet: Ski de randonnée (accès et tarification) 

 

Cherche-t-on à noyer le poisson (lire les touristes)? C'est la question que nous nous posons depuis longtemps en constatant les petites guerres qui se livrent depuis quelques années, sur le territoire de la région des Laurentides, en ce qui concerne le ski de randonnée.

Depuis le tumulte qui, en 1994, a affecté Val-David/Val-Morin, secteur névralgique du réseau laurentien, la multiplication des centres de ski de randonnée, relevant plus de l'esprit de clocher que de celui de Herman Smith-Johannsen, ne cesse d'empoisonner la vie des skieurs de randonnée qui fréquentent la région.

Ainsi, sous la gouverne de certains affairistes, et sous prétexte d'améliorer les pistes, on a vu la machinerie envahir le terrain, les sentiers être dénaturés et transformés en boulevards, sinon en autoroutes, et des postes de péages s'élever jusque sur les pistes. Du même coup, on en est venu à oublier que l'essentiel de l'activité est la découverte de la nature et des grands espaces, et non un enclos à l'intérieur duquel il importe de garder le "consommateur" captif.

Aussi, la tarification que l'on veut imposer prend de plus en plus l'allure de "taxage" trans-frontalier entre les municipalités et les MRC. Un bel exemple d'incohérence est le cas du Far Hills et de la Municipalité de Val-David. Après avoir, il y a quelques années, dynamité une partie de la forêt en signe de leur entente cordiale, voilà que le torchon brûle de nouveau dans le secteur. En effet, suite au non-renouvellement de leur entente de quatre ans, il faudra maintenant payer en double pour avoir l'insigne privilège de parcourir en entier certaines pistes de ces "réseaux connexes". C'est la politique du "Paie encore ou vire de bord!". D'ailleurs notre club, pionnier du développement de ces mêmes sentiers, a largement réduit sa fréquentation de ce secteur.

Certains, pour se justifier, avanceront l'argument économique de la création d'emplois ou encore le coût exorbitant de l'entretien des sentiers. Curieusement, ce sont souvent les mêmes qui font appel au bénévolat pour les corvées de déblaiement et /ou la patrouille des sentiers payants. Qui pense-t-on berner? À notre avis, les coûts d'entretien annuels avancés de 2,500$ du km, qu'ils soient réels ou fictifs, nous semblent nettement exagérés et ne sont pas essentiels à la pratique du ski de randonnée.

Pour notre part, depuis plus de vingt-cinq (25) ans, nous occupons une grande partie des week-ends d'automne à l'entretien bénévole des sentiers patrimoniaux dans les Laurentides et Lanaudière Pour ce travail obscur, effectué sur des pistes couvrant un territoire aussi vaste que les régions de St-Donat, Ste-Lucie, Ste-Agathe, Ivry, Ste-Adèle/Mont-Rolland, Morin-Heights, Piedmont et, autrefois Val-David/Val-Morin, aucune compensation n'est attendue autre que le plaisir d'y skier et d'en favoriser l'accès au plus grand nombre. Mais voilà que, avec la prolifération des payages, même les randonnées effectuées sur les pistes "backcountry" (non entretenues par des centres organisés) se trouvent souvent taxées à l'entrée ou à la sortie, par certains qui ont su se placer en un point stratégique, et qui n'ont rien à voir avec l'entretien de ces sentiers. - Le petit km ainsi parcouru revient souvent bien cher.

Le seul remède à la boulimie de nos petits "Prince Jean" et aux chicanes de village est, à notre avis, la mise en place d'une politique régionale en matière de ski de randonnée, et la création d'une passe unique, accordant droit d'accès à l'ensemble des Laurentides. Les argents ainsi perçus, gérés par un organisme central, seraient répartis entre les différents "centres" pour l'entretien de ce qu'il importe de réhabiliter et de reconnaître comme étant "le Réseau des Laurentides". En effet, bon nombre des réseaux privés, créés au cours des dernières années ne sont, plus souvent qu'autrement, que la résultante d'un détournement du patrimoine collectif. Une telle action aurait pour avantages d'éliminer les doubles tarifications, d'inciter un plus grand nombre à se porter acquéreur d'une passe de saison, de cesser l'exploitation des touristes qui, avec raison, maugréent, comme les résidents d'ailleurs. On ignore toujours qu'une part importante du réseau des Laurentides est maintenu en vie grâce à l'implication de bénévoles.

Il est primordial que la discussion sur le sujet se porte au niveau des MRC et de l'Association Touristique des Laurentides.

Tout en espérant que les discordes et les incohérences dont les skieurs de randonnées font les frais prennent fin à court terme, nous demeurons à votre disposition dans l'éventualité que des consultations aient enfin lieu.

 

Signature, 

adresse 

 

C.C. 

MRC des Laurentides MRC des Pays-d'en-Haut 

Municipalité de Val-David

Municipalité de Val-Morin 

Municipalité de Morin-Heights 

Municipalité de Prévost 

Municipalité de Ste-Adèle 

Municipalité de St-Adolphe d'Howard 

Municipalité de Ste-Agathe-des-Monts 

L'Association Touristique des Laurentides 

Fédération Québécoise de la Marche

Fédération Québécoise de la Montagne et de l'Escalade 

Journal Pays-d'en-Haut Journal La Presse 

Journal La Vallée Journal L'Écho du Nord 

Journal L'Information du Nord